CCSA






Communauté chrétienne St-Albert le Grand






Un nouveau site web

Le temps était venu de modifier notre site web et de lui donner une facture plus moderne.
Avec l'aide du Comité de l'informatique, je me suis mis au travail et vous trouverez maintenant une page d'accueil modifiée.
Les autres pages suivront.

Pour le bandeau qu'on trouvera à chaque page, j'ai choisi d'évoquer les vitraux de notre église. Ces vitraux font partie de notre vie dans la Communauté : que ce soit lors de nos célébrations de jour ou de celles de nuit, ils sont une présence qui nous conduit à la méditation. Personnellement, j'aime bien choisir un siège vers l'arrière de l'église, en partie pour mieux voir les vitraux.


Les vitraux sont l'œuvre de l'architecte Charles Michaud. Dans le numéro de juin 2004 de la revue d'histoire de Charlevoix, on trouvera un article du père Benoît Lacroix (en page 14 de ce numéro) qui le présente comme un ami, un frère. Dans ce bel éloge, il le décrit de la façon suivante : « Tellement cultivé, il peut se laisser guider par les principes et opter pour le savoir-faire de la compétence. Homme méticuleux, doublé d'un esprit critique qui le conduit à refuser toute improvisation, sage par ses lectures, ses voyages et ses rencontres, à sa manière qui ne peut être que la sienne, il est tour à tour homme de lettres, poète, esthéticien, urbaniste, philosophe, théologien. Un vrai humaniste. »
Et plus loin, Benoît Lacroix poursuit:
« Méditatif, penseur, il est dans ses aspirations sans frontières. Il a trop lu, il a trop vu, pour se laisser distraire par les dernières modes et la popularité de certains édifices. L'Orient, l’Occident, toute sagesse où qu'elle soit, le préoccupe et l'instruit. Lecteur et scrutateur infatigable des textes anciens et modernes, allant du temps des grecs, des latins, à Saint Thomas d'Aquin dont il fréquente et discute les propos, tout l'amène à cette autre synthèse de 1988 quand il  nous propose  Drame et splendeur de l'homo sapiens d'Occident. Dans ce texte, voilà qu'il plaide d'une manière émotive presque; il demande que l'on tienne compte non seulement du passé de l'art, mais aussi de la continuité qui s'offre à l'avenir des formes. Les ruptures de pensée autant que les formes ne font pas fortune, croit-il. Le sage est celui qui sait inventer, tout en assimilant et en se souvenant de ce qui a déjà été réussi. »

Sans vitrauxVoici une photo de notre église avant la pose des vitraux. Cette photo est tirée d'un article d'Héritage Montréal portant sur les travaux du couvent St-Albert-le-Grand.




Il faut comprendre que ce nouveau site web est en construction, mais toute suggestion sera très appréciée. Vous pouvez communiquer avec moi en cliquant ici.